Imprimer

Le cursus d'études de Tolkien avait fait de lui un véritable maître du langage. Latin, grec, hébreu, finnois, gallois, norrois... Son travail universitaire l'ayant amené à traduire les grandes sagas nordiques, entre autres, il avait une vision globale considérable des styles d'écriture.

Ceci ajouté à son propre talent et à son incroyable imagination aboutit à une œuvre aux styles d'écriture adaptés aux contenus. Style fluide et léger pour les livres destinés aux enfants (Roverandom, Monsieur Merveille, Lettres au Père Noël, le Hobbit... ), plus dense, épique pour le Seigneur des Anneaux, ancien pour les Contes et Légendes inachevés... et dans toute l'œuvre, dès que le cours de l'histoire le justifie, il incorpore des poèmes, des chansons...

L'idéal est bien sûr de les lire dans la langue d'origine, pour savourer le rythme, les rimes, la mélodie des mots... C'est une part importante de l'œuvre de Tolkien, à laquelle les admirateurs ne manqueront pas de s'attacher.

The Cat    
cat jrrt version1 small 550x440 The fat cat on the mat
   may seem to dream
of nice mice that suffice
   for him, or cream;
but he free, maybe,
   walks in thought
unbowed, proud, where loud
   roared and fought
his kin, lean and slim,
   or deep in den
in the East feasted on beasts
   and tender men.

The giant lion with iron
   claw in paw,
and huge ruthless tooth
   in gory jaw;
the pard dark-starred,
   fleet upon feet,
that oft soft from aloft
   leaps on his meat
where woods loom in gloom--
   far now they be,
   fierce and free,
   and tamed is he;
but fat cat on the mat
   kept as a pet,
   he does not forget.

Le gros chat sur la natte
peut sembler rêver
de jolies souris qui lui suffisent,
ou de crème ;
mais, libre, peut-être,
il marche en pensée
sans jamais s'incliner, fier, là où bruyamment
hurlaient et combattaient
ceux de son espèce, maigres et minces,
ou bien, profondement dans leur repaire
dans l'Est, festoyaient de bêtes sauvages
et de tendres hommes.

Le lion géant à la
griffe d'or à la patte
et à la grande machoire sans pitié
dans sa bouche sanglante ;
le léopard sombrement constellé,
léger sur ses pattes,
qui souvent doucement de haut
saute sur sa viande
là où les bois s'estompent dans les ténèbres -
aussi loin soient-ils,
fiers et libres,
aussi apprivoisés soit-il ;
mais le gros chat sur sa natte
gardé comme animal de compagnie,
il n'oublie pas.

trad. S. Veiryé (Tolkiendil)