De 1987 à 1993, la télévision britannique diffusera chaque année une saison de "Inspecteur Morse" ("Inspector Morse"), puis en 1995, 96, 97, 98, 2000, un épisode "hors saison" chaque année. Soit 33 épisodes, tous disponibles en DVD actuellement.

 

DVD1DVD2DVD3DVD4

DVD5DVD6DVD7DVD8

 

13 des épisodes sont des adaptations directes des romans de Colin Dexter, créateur du personnage, et adepte du caméo : il apparait fugacement dans chaque épisode télévisé. Un 14ème volume, (Morse's Greatest Mystery), n'a pas encore été traduit.

 

DernierBusWoodstockPorteeDisparue SilencesProfesseur ServiceFunebre MortJericho 

CasseTete3TempsSecretAnnexe3MortGarce BijouxFamille ATraversBois 

FillesCainMortPourVoisineRemordsSecrets  Mysteries

 

dexter

Colin Dexter a transmis à son personnage certains aspects de sa personnalité : érudit (diplômé de Cambridge en 1953) , attaché à Oxford, amateur de bière, et mélomane. Atteint de surdité, il intégrera un personnage sourd dans le roman "Les silences du Professeur".

Je n'ai lu qu'un seul des romans (Mort à Jéricho), après avoir regardé l'intégralité de la série télévisée plusieurs fois. J'ai moins aimé le personnage de Morse tel que décrit dans les romans, c'est pourquoi mon propos portera sur la série télévisée.

Elle décrit  les enquêtes policières de l'inspecteur Morse, et de son adjoint le sergent Lewis, se déroulant majoritairement à Oxford, même si nos deux héros devront poursuivre certaines enquêtes en Italie, et même en Australie. Et parfois dans le passé. Comme souvent dans ce type de série, chaque épisode permet de découvrir un aspect de la vie britannique (cricket, chant choral, franc-maçonnerie, vie des professeurs et étudiants à Oxford...)

MorseEtLewis

 

Morse est célibataire, très cultivé par rapport à la moyenne de ses collègues, amateur d'opéra, (de Wagner en particulier), de poésie, de littérature, cruciverbiste passionné et grand buveur de bière.

Il se déplace dans sa célèbre Jaguar MK2 rouge de 1960 immatriculée 248RPA. (On peut la louer pour 1500£ la demi journée ici)

 

jaguar

 

Il déteste son prénom "Endeavour" ("Effort"), et ne le révèle jamais, se faisant toujours appeler : Morse.

Son adjoint, Lewis est son antithèse : il aime sa vie de famille (marié, une fille et un fils). Sportif, bricoleur, terre à terre, il ne partage aucun des goûts de son patron, qui le critique souvent pour cela, et essaie de le convertir. Malgré certains tiraillements, Lewis est loyal et fidèle, et la complémentarité des personnages joue favorablement pour la résolution des enquêtes.

Quels sont les éléments qui rendent cette série aussi envoutante ?

J'ai commencé à acheter les DVD en 2011, (en manque de "Inspecteur Barnaby"), et les premiers épisodes avaient donc été tournés 25 ans auparavant.

Rien n'a vieilli. On s'habitue très vite au fait que les personnages n'aient ni mobile, ni ordinateur. La réalisation a été si soignée que l'on est en immersion totale, et on n'a qu'une envie : vite, voir les épisodes suivants...

En plus de la qualité des romans, bien sur, et du travail des scénaristes, une des clés du succès est le casting.

Thaw      John Thaw (1942 - 2002) : inspecteur Endeavour Morse

John Thaw a donné son visage, sa voix, son style et sa démarche à Morse (l'acteur a eu un accident dans son enfance, il en gardera une démarche étrange, que l'on remarque parfois dans certains épisodes)

Il incarne un policier intelligent, cultivé, cynique, parfois méprisant, qui fonctionne avec ses méthodes, et vit dans son monde. Il vit seul, boit beaucoup, écoute de la musique classique, chante parfois dans un chœur, et excelle dans les mots-croisés.

Ce personnage à priori détestable devient au fil des épisodes très attachant. On découvre sa solitude. Ses déboires amoureux sont permanents. S'il est attiré par une femme, elle va être assassinée, ou devenir criminelle, ou se servir de lui... Et il restera donc seul. Sa quête d'amour est parfois gênante, tant l'on ressent son manque affectif et son besoin. Son passé est très peu dévoilé, mais on comprend qu'il a eu son lot de souffrances. (on en saura plus dans la série récente "Les enquêtes de Morse", voir plus bas.)

Dans les tous derniers épisodes, le personnage a bien sur vieilli, on ressent son amertume par rapport à son métier. En effet, son patron le harcèle pour l'inciter à partir à la retraite, alors que lui n'en a aucune envie. Il rencontre enfin une femme avec laquelle il va vivre une belle histoire, et puis il va tomber malade, et dans le dernier épisode, il meurt... Son adjoint Lewis lui fait ses adieux dans une scène très émouvante. Et l'on est fort triste, parce que c'est vraiment fini : Morse meurt dans le dernier épisode, tourné en 2000, et John Thaw décède en 2002...

 whately     Kevin Wathely (1951) : sergent Robert Lewis

Un des intérêts de la série est l'évolution de la relation entre Morse et son sergent. Le hasard va les faire travailler ensemble, et leurs différences vont devenir des atouts. Lewis, plus jeune, peu cultivé, mais intelligent, va faire des débuts maladroits, et son patron ne se privera pas de le lui faire remarquer.

Il va apprendre, par lui même, et aussi par Morse, et gagner en efficacité, prendre de l'épaisseur. S'il reste éternellement loyal, et généralement assez stoïque, il saura faire savoir à son patron quand celui ci dépasse les bornes.

A l'aise dans sa vie, il trouve son équilibre auprès de sa femme et de ses deux enfants (garçon et fille), omniprésents dans la série bien qu'on ne les voie jamais.

Vers la fin de la série, il va sauver Morse, en mauvaise position. Et au fur et à mesure que Morse se rapproche de la retraite, on comprend que Lewis sera bientôt à son tour inspecteur.

Le reste du casting est parfait, les acteurs invités, habitués des séries britanniques sont tous excellents, et les personnages récurrents (super intendant, légistes...) excellents.

La musique est indissociable de la série. Si les épisodes sont souvent illustrés par de grandes œuvres classiques, en particuliers de magnifiques extraits lyriques, le générique de Barrington Pheloung est tout simplement magistral, hypnotique. Une phrase très mélancolique, en mineur, à laquelle se superpose, lancinant, le code en morse de... Morse : −− −−− ·−· ··· ·

Barrington Pheloung apparait d'ailleurs dans certains épisodes, en chef de chœur.