dimanche 1er juin 2014, vers 14h.

Je me prépare un café, à base de dosette souple chocolat-vanille.     

L'arôme qui s'échappe de la boîte en fer qui contient les dosettes me renvoie 20 ans en arrière, et je sors donc m'installer sur une chaise longue, les jambes au soleil, pour me rappeler de merveilleux voyages...

Nous dirons 1993, à peu près... Nous avons à la maison 1 seul ordinateur, PC, dont la présence se justifie par le travail de mon homme, alors informaticien-programmeur.

Pour situer le niveau informatique de l'époque, lorsque j'ai pris mon poste de responsable d'accueil France Télécom, cette année là, j'ai demandé un ordinateur. Mon Directeur m'a répondu : "Pour quoi faire ?" Et oui...

Aujourd'hui, ne parlons même pas du travail, nous avons à la maison 2 PC fixes, 1 portable chacun, 1 note-book pour les voyages, 1 Ipad pour moi, 1 smartphone chacun, et aussi pour les jeux console : 1 Playstation, 1 Playstation 3, 1 3DSi XL...

Or donc, mon homme "touche" (Euh... s'achète, pardon !) un nouveau PC pour son boulot, avec une bonne carte graphique, pour l'époque, et un lecteur de CD, great ! Je suis alors passionnée par les jeux de rôle héroic-fantasy, les romans donjons et dragons, sans parler du Seigneur des Anneaux, of course ! Et je lis des revues parlant de ces univers, ainsi que des revues d'informatique (Jeux et Stratégies, Casus Belli, Sciences et Vie Micro...)

Un phénomène monte en puissance : les jeux vidéos. Finis le ping-pong, ou Tétris, ou les jeux de rôle se résumant à de longues saisies de code pour obtenir un mouvement de tête du dragon... Les magiciens de la programmation ludique ont découvert de nouvelles techniques de définition des textures, et d'animation. Les jeux vidéos deviennent "immersifs", on verra ô combien...

A cette époque, le PC est installé au rez de chaussée de notre maison, dans la petite pièce voûtée à laquelle on accède par la salle à manger et que nous appelons la cave. Cette pièce n'est pas encore devenue le joli bureau qu'elle sera plus tard. Les murs de pierre dégagent beaucoup de poussière, et le sol en béton est parfois recouvert de 20 cm d'eau en cas d'orage. (Bon, une seule fois, d'accord, mais quand même...)

Au milieu, une grande table de salle à manger, sur laquelle trônent un écran à tube de 14 pouces, un clavier filaire, une imprimante crachouillante et plus tard, une souris filaire. (Et encore plus tard, un modem, Monsieur faisant de la programmation réseau et transmissions, mais cela est une autre histoire.)

Et à côté, l'unité centrale, beige, 80 cm de haut, avec ses lecteurs de disquettes 5 pouces 1/4, et 3 pouces 1/2, et de CD Rom. (Ne ricanez pas, génération du port USB et du Cloud, nous avons connu les cartes perforées et les disquettes 8 pouces, et les sauvegardes sur cassettes, nous ! Ce qui nous amène à apprécier vivement le port USB et le Cloud, d'ailleurs...)

Et partout, une pagaille de fils électriques, cordons, nappes, raccords divers, switch, rallonges... bref, un sac de noeuds peu motivant pour le ménage...

Nous parlions beaucoup d'informatique à la maison, il faut le dire, car mon homme et moi en étions passionnés, chacun à notre façon. Il me parlait du C++ et du Basic, je lui parlais de ces jeux vidéos qui arrivaient... Le jour de ma fête, donc début 1994, il m'offre 2 boîtes de jeu vidéo. Rappelez vous, pour 2 disquettes et un livret d'explication, vous aviez droit à un coffret en carton de 25X20X4cm, peu écologique, certes, et désastreux en cas de déménagement, si vous en avez une trentaine, mais présentant sur le couvercle une merveilleuse illustration, porteuse de rêve quant au contenu...

ishar025   magiccarpet036


Ce jour là : Ishar, de Silmarils et Magic Carpet, de Electronic Arts. Je me jette aussitôt sur Ishar, car le nom de l'éditeur (Silmarils) et le dessin de couverture me font penser à l'univers de Tolkien, mon maître. Le jeu est sur disquettes. Monsieur m'aide à l'installer (et oui, c'était compliqué, à l'époque du MS Dos...), et je découvre un jeu au case par case, avec des images fixes, une bande son minimaliste, mais pas mal quand même pour une première approche.

J'y passe quelques heures, puis installe Magic Carpet : une aventure dans laquelle, bien sur, le héros se déplace sur un tapis volant. Catastrophe ! Les mouvements de caméra lorsque le tapis volant se déplace me collent une épouvantable nausée ! (Ce problème perdure, et me prive de nombreux jeux, en particulier sur console.)

Le lendemain, Monsieur a ramené le jeu au magasin, et l'a échangé contre "Little Big Adventure" (LBA), de Electronic Arts toujours. Nous l'installons, et je suis du coup un peu sur la défensive...

lba1032



Le jeu démarre. Superbe intro pour entrer dans l'histoire. Le héros, un petit personnage qui vit sur une planète lointaine, fait des rêves étranges, ce qui le rend éminemment suspect auprès des autorités dictatoriales qui gouvernent son monde.

Puis commence le jeu proprement dit. Le héros est enfermé dans un asile, dans une cellule futuriste, dont il faut le faire échapper, en jouant avec le clavier (la souris n'est pas encore venue illuminer nos vies).

"Détenu Twinsen, cessez de vous agiter !" clame la voix nasillarde d'un geôlier.

Après quelques tentatives énervantes, j'arrive à faire monter Twinsen sur la plate-forme avec laquelle un gardien lui apporte son repas, gardien qui bien sur se prend une grosse tête dans l'histoire, et Twinsen s'évade... Et moi aussi... Je vais passer de longues journées avec lui, et surtout de longues nuits, lorsque mon homme cesse enfin de travailler sur le PC, et me le laisse pour jouer...

Au milieu de l'aventure, Twinsen, arrivé au désert de la Feuille Blanche, saute dans un puits, et se retrouve dans un univers souterrain peuplé de squelettes : le temple de Bû. C'est la partie la plus difficile du jeu. On ne peut plus faire machine arrière, les sauvegardes, automatiques, sont rarissimes, et les obstacles à franchir redoutables... L'environnement est cauchemardesque, glauque, la musique et les bruitages très angoissants... Bref, un mauvais moment, quoi... Je me retrouve là au début d'un long week-end (Pâques peut être ?) Euh... Je veux dire : Twinsen se retrouve là... à 2h du matin, je vais me coucher, et me tourne et retourne dans le lit... Comment franchir le couloir dans lequel roulent à intervalles réguliers des troncs couverts de pointes, tout en évitant les boules de feu ? Je redescends, rallume l'ordi, et recommence... Cela durera environ 50 heures, pratiquement sans dormir, mais Twinsen remontera à l'air libre et au soleil... Vite, une sauvegarde ! Ouf ! Et vite, vite, que se passe-t-il après ?

lbabu034



Je trouvais, à cette époque, du café moulu aromatisé au chocolat, à la vanille, ou à l'Irish Coffee, de la marque Whittard. Je l'achetais dans une boutique, à Paris. Et j'en consommais beaucoup pendant mes aventures avec Twinsen. D'où la nostalgie éveillée par mes dosettes aromatisées tout à l'heure...

Lorsque je termine LBA, je sens un grand vide, et je vais bien sur acheter d'autres jeux, mais nous verrons plus tard.

LBA reste ma première grande aventure vidéo. Il y aura une suite, LBA 2, très chouette aussi, mais le premier garde un goût incomparable... L'univers de LBA est unique, mélange d'environnements futuristes froids et angoissants et de paysages bucoliques (les fleurs couinent lorsque un personnage marche dessus...) Dégâts collatéraux : dorénavant et pour l'éternité, j'appelle les lapins des lapichons, et je déteste les temples souterrains gardés par des squelettes.

lba2033


Mes voyages dans les mondes virtuels se poursuivront pendant quelques années. Les destinations les plus remarquables ? "Lands of Lore", "Dungeon Master", "Dungeon Keeper", "Dragon Lore", "The Elder Scrolls : Arena, puis Daggerfall", "Baldur's Gate", la trilogie des Kyrandia...

landsofLore030  dungeonmaster2016  dragonLore2014  arena006  daggerfall010

baldursgate007  Kyrandia028  handoffate020  kyrandia3029



Je suis évidemment attirée par les jeux en ambiance médiéval-fantastique, mais je me suis éclatée avec "Alone in the Dark", " The 7th Guest", "The 11th Hour", "Lost Eden" et la série des "Myst".

alone002  alone2003  alone3004  jackinthedark026

 

7thguest001  myst041  rivenps1051  myst3exile042  myst4043

De 1994 à1997, je consacrerai beaucoup de temps aux jeux, m'abonnant à des revues spécialisées ("PC Player", "Joystick"), échangeant ou revendant les jeux (sauf mes préférés, listés ci-dessus), discutant avec d'autres passionnés (Bonjour Roland, de Lapierre...), cherchant les soluces sur minitel (et oui, pas encore d'internet...) et les imprimant sur de longues bandes de papier de 10cm de large, qu'il fallait ensuite photocopier car elles s'effaçaient, achetant les romans dérivés ("Myst")...

Pour les jeux à longue durée de vie, je me confectionnais des carnets, en assemblant des fiches cartonnées, dans lesquels je décrivais les caractéristiques de mon personnage, dessinais les cartes des territoires parcourus, et collais les solutions. Je regarde parfois avec nostalgie celui de "Arena" et celui de "Lands of Lore".

Nous conserverons longtemps un PC sous DOS, à la maison, simplement pour que je puisse faire et refaire encore les premiers jeux. Nous finirons par nous en séparer, et pendant longtemps, je repenserai avec nostalgie à la planète Twinsun, jusqu'à ce que le compagnon d'une de mes nièces (Merci, Jérémie !) m'informe de l'existence du jeu LBA en format Playstation, que je me suis bien sur procuré illico !

Et enfin, miracle ! On trouve dorénavant tous les anciens jeux en émulation DOS, en téléchargement gratuit sur les sites dits "abandonware", et on peut donc s'immerger à nouveau sur les machines récentes, quel que soit le système d'exploitation.

J'ai pu ainsi recommencer "Lands of Lore", qui m'avait laissé une incroyable nostalgie, comme si j'avais visité un pays dans lequel il me serait interdit de retourner, ou qui n'existerait plus. J'en refais un petit bout de temps en temps, et j'ai ressorti de la boîte le carnet qui me guide dans les labyrinthes... J'ai en particulier le souvenir d'une zone dans laquelle il faut traverser de nuit une sorte de grande place, avec des pièges, et des plaques qui tournent lorsqu'on passe dessus, faisant perdre tout sens de l'orientation... C'est vers la fin... Je ne sais pas si j'y retournerai, finalement...

Et j'ai refait LBA, bien sur...

Mais les temps ont changé, et moi aussi.

En 1996, internet est arrivé dans notre maison, nous en parlerons dans un autre chapitre.

En 1997, nous avons enfin créé un vrai bureau au 1er étage de notre maison, et le PC de Monsieur s'y est installé.

En 1998, à force de lui changer des élèments, il n'avait plus grand chose à voir avec le PC de 1993, et enfin ! J'ai eu aussi le mien, une belle tour noire de 50cm de haut, avec des ports USB, et nos écrans à tube sont devenus plats, puis plus grands. Puis sont venus les claviers et souris sans fils, webcams, disques durs externes, lecteurs / graveurs de DVD...

En 2001, Peter Jackson nous offre la trilogie du Seigneur des Anneaux au cinéma, le monde entier découvre un univers auparavant réservé à un groupe certes nombreux, mais dit marginal.

C'est une explosion de produits dérivés, de romans, de jeux, de films, de séries TV... Les effets spéciaux utilisés dans les films sont utilisés aussi pour les jeux, qui deviennent de plus en plus réalistes.

Je me lance dans la réalisation de mon site internet, pour parler du monde de Tolkien, et plus tard des archives familiales.

Internet permet de jouer non plus contre (ou avec...) la machine, mais en réseau, contre d'autres joueurs : voir l'engouement pour "World of Warcraft" ("WOW").

warcraft2065  SDAombresangmar053


Et étrangement, je ne marche pas... J'ai fait des tentatives de jeu en réseau ("Lord Of The Rings On line ("LOTRO")", bien sur..., et "WOW"). Les graphismes et les animations sont à des millénaires de "Ishar" (et je n'ai pas parlé de "Drakkhen", 1989, auquel je n'ai pas beaucoup joué, bien que Wikipédia nous apprenne que : "Drakkhen s'est vu regrouper un culte saluant ses innovations graphiques et sonores, son gameplay original, sa bande son hypnotique mais surtout l'incroyable atmosphère qu'il met en place. Il reste aujourd'hui assez peu connu, mais considéré comme un classique du jeu de rôle sur ordinateur, voire du jeu de rôle tout court.), mais en fait, je n'éprouve pas le besoin d'être confrontée à d'autres joueurs.

drakkhen015



Mes boîtes de jeux sont alignées dans une bibliothèque. Parfois, je les ouvre, et regarde les disquettes, ou les CDRom, les livrets, les cartes quand il y en a. Je n'y jouerai peut être plus jamais, mais je les aime. Grâce aux fans qui gèrent les sites "abandonware", je sais que je peux toujours retourner dans un de ces univers si l'envie m'en prend.

Il y a quelques mois, en surfant sur internet, je suis tombée sur des clips de Lindsey Stirling jouant la musique du "Seigneur des Anneaux", de "Zelda", et surtout de "Skyrim". J'ai téléchargé le morceau, et la sonnerie pour mon Iphone. Et puis j'ai acheté le jeu. Il est vraiment magnifique. "Skyrim", la suite de "Arena" et "Daggerfall" (et de "Morrowind" et "Oblivion", que ne n'ai jamais eus).

skyrim058



Encore quelques affaires personnelles à résoudre, et je partirai pour Skyrim.


"Dovahkiin, Dovahkiin, naal ok zin los vahrin,
Wah dein Vokul mafaeraak ahst vall !
Ahrk fin norok paal graan fod nust hon zindro zaan,
Dovahkiin, fah hin kogaan mu draal !"

"L'Enfant de Dragon, l'Enfant de Dragon, sur son honneur a juré,
De tenir le mal éloigné !
Les plus féroces ennemis mis en déroute par son cri,
Enfant de Dragon, pour ta bénédiction nous venons prier !"